Assemblée Générale 2018

 

Ordre du jour de l’Assemblée Générale de Quartier & Co

Samedi 17 mars 2018, 16h,

Maison des Associations – 14 rue Notre Dame, Dieppe

 

 

 

- Rapport moral 2017

- Rapport financier 2017

 

- Point de situation générale, perspective dépollution- démolition- aménagement, pistes financement, soutien des collectivités partenaires

 

- Mise en place des ateliers de l’habitat participatif et des structures gérant les activités économiques du quartier

 

- Questions diverses

 

- Cotisations 2017 et renouvellement des adhésions

- Election des membres du CA (appel à candidature)

 

 

 

 

Assemblée Générale 2017

                                                                  Rapport moral 2016

Il avait été transmis préalablement à tous les adhérents. Il a été adopté à l’unanimité sans observation.

             L’année 2016 et ce début 2017 ont été pour Quartier&Co particulièrement riches en rencontres avec des professionnels dans les domaines de l’urbanisme, de l’architecture, de la santé, du tourisme, ainsi qu’avec des acteurs de collectivités territoriales (voire même d’instances nationales) et de la vie associative ou simplement avec des citoyens manifestant un intérêt pour l’économie sociale et solidaire et pour l’écologie. Ces rencontres ont eu lieu dans les différents colloques et séminaires auxquels nous avons assisté, au cours des animations que nous avons organisées (fête des fleurs à Dieppe, Café Couture à Rouen, la journée festive sur le site Lebon), lors des visites ou moments d’études que nous avons sollicités. En fin de compte, je dois avouer que c’est avec beaucoup d’émotion que l’on voit apparaitre peu à peu, concernant le projet d’écoquartier-jardins partagé, les signes avant-coureurs de convergence qui peuvent donner à penser que « ça va marcher ! »…

 

Originalité du projet

 

Nous sommes partis, il y a 8 – 9 ans, de nos envies : envie de créer un vrai lieu de vie ensemble, cumulant les avantages de la ville et de la campagne, mêlant utilement les activités économiques et l’habitat de manière à favoriser la mutualisation des espaces, des équipements et des services, promouvant le lien social, la bienveillance aux différences humaines, le respect de l’environnement et l’ouverture sur la ville, le territoire, la région et même au-delà. Et nous nous sommes mis en quête de partenaires pour porter avec nous ce beau projet. Ce que nous ne savions pas c’est qu’un projet de cette ampleur dont une simple association de citoyens serait le maitre d’ouvrage et le maitre d’usage, ça n’existe nulle part en France -ni même en Europe ! Il n’a pas d’équivalent. Il est unique. (Les projets d’ambitions similaires sont toujours portés par des collectivités territoriales ou par de gros groupes privés d’urbaniste). Cette unicité nous avait été suggérée déjà lors de la formation ERS qu’a suivie Sylvie en 2012, mais nous n’en avons eu confirmation que récemment lors de la journée nationale organisée par le Ministère du logement sur le thème du « logement choisi, durable et abordable » à Paris en octobre dernier au cours de laquelle nous avons pu présenter notre projet avec la Ville de Dieppe. Cela nous a été répété avec force et avec enthousiasme lors de notre rencontre avec la nouvelle Région Normandie il y a quatre semaines.

 

Les difficultés que nous avons rencontrées depuis la fin de l’étude de faisabilité du projet –le dernier Comité de Pilotage s’est tenu le 6 novembre 2015- ne sont pas étrangères à cet état de fait : comme il n’y a pas d’exemple de partenariat réussi entre des collectivités et une petite association pour un tel projet, le processus à engager doit être inventé de toutes pièces.

 

De la mise en place d’ateliers communs avec nos partenaires institutionnels à la préfiguration  d’une SCIC

 

En décembre 2015 nous proposions de constituer conjointement avec la Ville et l’Agglo cinq ateliers, consacrés respectivement aux thèmes suivants : « Jardins et espaces publics », « Habitat, Transports, Services et équipements mutualisés », « Aménagement de l’espace, Urbanisme, Energie et Aspects juridiques »,  « Centre d’Hébergement et Tourisme », « Santé ».  Cette proposition avait pour but de créer un cadre de partenariat avec les collectivités dieppoises aussi bien pour porter les études du projet au niveau esquisse (ESQ) que pour préfigurer ce qui pouvait constituer une maitrise d’ouvrage partagée. Bien qu’elle ait été accueillie d’abord très favorablement par la Ville et  l’agglomération Dieppe Maritime, cette proposition n’a jamais pu être mise en œuvre.  Deux raisons à cela : 1) le cadre juridique n’était pas fonctionnellement défini : une collectivité ne peut pas déléguer ainsi du personnel public à une association privée et 2) les difficultés budgétaires actuelles que subissent les collectivités sont telles que la priorité ne peut jamais être accordée à un projet alternatif comme le notre.

 

Cherchant une autre solution, nous avons alors envisagé avec l’aide de l’URSCOOP d’explorer la piste d’une Société Coopérative d’Intérêts Collectifs (SCIC). En effet la cohérence globale de notre projet nous conduit à préserver à tout moment l’équilibre général de l’ensemble : population résidente par rapport aux usagers du quartier, équilibres socioculturels et accessibilités aux différents handicaps, équilibre des investissements entre les différentes structures du quartier. Tout doit être coordonné pour avancer en même temps. C’est pourquoi il nous paraissait judicieux pour construire et gérer ce quartier de constituer une SCIC avec l’ensemble des partenaires institutionnels concernés : la Ville de Dieppe bien sûr ainsi que l’agglomération Dieppe Maritime, mais aussi les communes avoisinantes (notamment Martin Eglise), la Région, le Département, l’ADEME, l’EPFN, l’APEI. En effet, une SCIC permet de faire travailler ensemble toutes sortes de partenaires : collectivités territoriales, associations, structures commerciales, institutions, individus experts, etc ... Dans un premier temps, nous voulions mettre en place une association de préfiguration de cette SCIC, de manière à tester nos capacités de gouvernance ensemble.

 

De la SCIC à un fonctionnement associatif

 

Cependant, nous avons été avertis à plusieurs reprises et dernièrement de manière très explicite par la Région Normandie, qu’aucune collectivité territoriale n’acceptera de faire partie de la SCIC pour la construction et la gestion du quartier car dans un projet d’une telle ampleur, même s’il est initié par Quartier&Co, c’est toujours sur les collectivités publiques que porteront en fin de compte les responsabilités en cas de problèmes. Alors, exit la SCIC !

 

Il nous reste donc à explorer la piste où Quartier&Co assure seul la maitrise d’ouvrage et la maitrise d’usage. Il nous faudra modifier son conseil d’administration dans lequel devront entrer les différends partenaires institutionnels ainsi que les structures d’activités du quartier. Des conventions seront passées entre Quartier&Co et chacun des partenaires pour les domaines d’activité les concernant. Pour nous aider dans toutes ces démarches complexes nous bénéficierons, si l’assemblée générale le décide, des aides à maitrise d’ouvrage (AMO) de 2 groupes : la coopérative ArchiEthic, pionnière en matière de développement et de conception d’habitat participatif et qui possède un bon retour d’expérience en montage d’opération urbaine ; puis le regroupement de Veraligne Architecture et des Ateliers d’Avre&d’Iton qui connaissent parfaitement le projet puisque l’un d’eux a participé déjà à son étude de faisabilité. La prochaine démarche sera la mise en œuvre d’un Comité de Pilotage dédié à la dépollution du site avec tous les partenaires concernés.

Avec les professionnels qui nous entoure et le soutien enthousiaste de la Région Normandie qui s’est exprimé récemment, nous tenons sans doute le bon bout.

 

                                                           Rapport financier 2016

 

 

Toutes les factures de l’étude de faisabilité (37 716 €) ont pu être payées grâce aux recettes (25 000 € de la Région, 6 000 € de la Ville, 4 200 € de l’ADEME et  3 200 € du financement participatif. L’association bénéficie d’un reliquat de fonctionnement de 4 654 € dû notamment  à une subvention de la Fondation de France pour le projet. Le rapport est adopté à l’unanimité.

                                Accueil et présentation des invités et acteurs pressentis :

 

la Ville de Dieppe était représentée par 4 élus (Jolenta Avril, Annette Roussel, Frédéric Weisz et François Lefebvre). Gill Geryl, Vice-président de Dieppe Maritime, Président de la SEMAD et Maire de Martin Eglise, était excusé. Deux équipes d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage avait été pressenties Archi Ethic, représentée par Thomas Huguen et Eric Desoindre et le groupement Veraligne Architecture – les Ateliers d’Avre et d’Iton représenté par Valérie Parrington (Mylène Gagic était excusée). Sandrine Cuffel du bailleur social Logéo Seine Estuaire, ainsi que Gaétan Cerveau  de l’Urscoop, étaient également excusé(e)s.

      Point de situation et discussion générale :

 

Un tour d'horizon des différents aspects du projet (habitat, structure de répit, centre de tourisme, coordination) est effectué.  Les équipes correspondantes sont présentées. Puis la discussion s’engage sur le fait que maintenant nous sommes véritablement entrés dans la phase de concrétisation du projet. Des difficultés apparaissent car il n’y a pas d’exemple de partenariat réussi entre des collectivités et une petite association de simples citoyens pour un projet de cette ampleur. Le processus à engager doit donc être inventé de toutes pièces. Des échanges entre les professionnels, les représentants de la Ville et Q&Co, il est ressorti que la solution  ne consistait pas à créer préalablement une structure (association ou SCIC) mais d’engager un processus de rassemblement et de concertation entre tous les acteurs, de définir au fur et à mesure les missions opérationnelles ultérieures, d’installer les conventions nécessaires à leur réalisation et de faire ressortir les maîtrises d’ouvrage et d’usage indispensables à la concrétisation du projet. Le moyen le plus sûr pour tracer sa route, c’est encore … d’avancer.

Les élus de Dieppe confirment  qu’un processus de dépollution- démolition- aménagement, est bien envisagé et qu’un Comité de Pilotage dédié sera mis en place dés le mois de mai prochain. Cela permettra notamment de répondre à l’appel à projet-dépollution que  l’ADEME s’apprête à lancer.

 

Le travail avec les professionnels de l’AMO va débuter. Une première date  de réunion est fixée au 27avril.

- Annonces prochaines rencontres : notamment la participation à la Fête des fleurs

- Cotisations 2017, renouvellement des adhésions et élection des membres du CA

 

Roland CHARLIONET
Président de Q&Co présente le rapport moral, le point de situation et les questions diverses
Sylvie MOUQUET
à l'origine du projet de Q&Co présente le rapport du Centre d'Hébergement et fait un point de situation
Christophe MOUQUET
trésorier de Q&Co présente le rapport financier
Sylvie AUGIER
présente le rapport de Acte +
V. PARRINGTON et T. HUGUEN
Valérie Parrington architecte et fondatrice de Véraligne est à l'origine de Q&Co et Thomas Huguen architecte de Archi Ethic
Public
4 élus de la ville de Dieppe étaient présents: Jolenta Avril, Annette Roussel, Frédéric Weisz et François Lefebvre
En voir plus
Contacts :
 
Roland CHARLIONET      Président     rolandcharlionet@orange.fr - 02 35 04 59 98

Sylvie MOUQUET                 bocquetmouquet@gmail.com - 02 76 17 66 00 - 06 76 10 20 65


Maison des associations, 14 rue Notre Dame, 76200 Dieppe


site : quartierandcodieppe.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now